Expériences de confinement et déconfinement

Expériences de confinement et déconfinement

Comment ne pas devenir la machine ?

« Le sens à être éducateur réside dans l’aptitude non pas à faire fonctionner des organisations dans leur devenir machine mais à œuvrer au quotidien à faire advenir le singulier sous l’universel. » [1]

« Le machinement est un néologisme qui vient signifier la façon dont un ensemble d’éléments constitutifs de l’environnement d’une personne ou d’une institution viennent déposséder celle-ci du sens à être » [2]

[1] Philippe Gaberan – Oser le verbe aimer en éducation spécialisée – ERES 2019, p 27

[2] Idem p 45

Comment conserver le lien humain en période de confinement ?

…. Le besoin de la machine se mesure par des évaluations, la mesure du rendement, la chasse aux pertes de temps. Le gain de productivité dans les secteurs de médico-sociaux prennent place dans des logiques gestionnaires mesurées par des logiciels. Aux besoins de l’humain, de demande d’aides et de soins se substituent les besoins de la machine. Dans ces zones de l’activité d’accompagnement et de soin, le « care » s’efface au profit du « cure » mesuré, calibré, pondéré.

Comment les familles ont-elles profité du confinement pour trouver leur propre mode de fonctionnement ?

Le temps des professionnels s’est ralenti, parfois arrêté. Celui des familles s’est déroulé sans nous, ou à distance régulée, mesurée et parfois même interdite. La distanciation sociale a-t-on dit. Il nous appartient de re-conjuguer ces temps. Familles et services ont « bidouillé, bricolé ». Des trouvailles furent heureuses. Il ne faudrait pas qu’en déconfinement les professionnels relèguent cette créativité dans un passé antérieur du seul fait qu’elle n’entre pas dans les référentiels de nos institutions.

Et voilà qu’au délaissement parental on aurait ajouté le délaissement par les travailleurs sociaux et thérapeutes et peut-être même par les reconductions des rencontres en équipe un délaissement des travailleurs sociaux.

Comment sont perçues les actions d'éducation par les jeunes confinés en institution ?

Durant les mois de confinement, dans les collectifs d’enfants, dans les hospitalisations, les professionnels ont évoqué un apaisement des jeunes confinés dans le service. Parallèlement les cadres décrivent un surcroit d’investissement des soignants, des éducateurs. Les jeunes, les personnes confinées en collectif ont perçu cette expression plus forte du « care » dans le travail des soignants. Une forme de compassion réciproque pourrait bien être la raison de cette manifestation du lien soignants/soignés, de ce surcroit d’humanité, fondations de soin.

Master Class du 08 octobre 2020

3 axes du soin en thérapie familiale systémique : Clinique-Ethique-Politique

Durant cette journée nous chercherons à comment résister, lors du déconfinement, à un retour en force du « machinement » auquel nous contribuons, sans doute, sans en prendre la mesure. D’autre part, la machine a engagé des experts en machine, qui a leur tour déconfinent. Des positions tellement différentes quand on s’attarde à la question du sens énoncée ci-dessus.

Nous évoquerons aussi ces familles protégées qui ont révélé des compétences durant le confinement et dont le succès interroge notre mission auprès d’elles. Ne s’en sortent-elles pas mieux sans nous ? En ce cas, comment les empêchions-nous d’exercer leur pouvoir d’agir ?

La démarche de consensus relative aux interventions de protection de l’enfance [1] ouvre des portes sur l’interinstitutionnalité et l’interdisciplinarité, le développement du pouvoir d’agir des familles. Plus de vingt recommandations concrètes, un bilan objectif et sévère.

[1] Démarche de consensus relative aux interventions de protection de l’enfance à domicile (Rapport IGAS)

Vos témoignages et vos questions

Vos témoignages du confinement / déconfinement

Cette journée fait partie de la formation longue en approche systémique et la thérapie familiale. Au cours de ce Master Class, nous questionnerons la place du thérapeute familial et du travailleur social dans ses missions.

Nous attendons vos témoignages et vos questions. Nous y répondrons pendant cette journée et nous publierons la synthèse des réponses dans les jours suivants.

Conférence : Les violences conjugales dans le Douaisis, vers une nouvelle dynamique d’accompagnement

Conférence : Les violences conjugales dans le Douaisis, vers une nouvelle dynamique d’accompagnement

Le 29 avril 2019

Centre Hospitalier – Douai – Nord

ENSSYCOFA participe à une journée de conférence sous le haut-patronage de Marlène SCHIAPPA, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et la lutte contre les discriminations.

Inscription gratuite en ligne

www.billetweb.fr/journee-detude-les-violences-conjugales

pour plus de renseignements : 06.42.30.51.44

collectifmaestro@gmail.com

Téléchargez le programme

La journée Masterclass de L’Institut ENSSYCOFA est sous les projecteurs

La journée Masterclass de L’Institut ENSSYCOFA est sous les projecteurs

La compagnie des Bâtisseurs de Possibles est venue nous présenter son spectacle L’Effilochée :

« Dans un grenier, des fils de vie se croisent et s’entrecroisent, des relations se tissent, des objets s’en mêlent…  pour raconter l’histoire de Luna.

D’où elle vient, où elle va…  Luna, petite fille effilochée qui a bien du mal à grandir dans les tempêtes de la vie.  Un jour, une tempête plus forte que les autres l’emporte.  Luna atterrit dans un univers qui lui semble si différent…

Qui accueillera cette petite fille et son singulier bagage ? 

Luna, petite fille tourmentée va devoir trouver sa place dans ce monde qu’elle découvre ».

Ces histoires de vie, celles de Luna et de ses parents, qui les emmènent vers la séparation familiale, le placement de cette jeune enfant.

Une journée de rencontre, avec la participation des acteurs de la compagnie, des parents présents qui ont vécu le placement de leur enfant, des enfants, des travailleurs sociaux, des assistantes familiales, les étudiants et des formateurs d’ENSSYCOFA, qui regardent et écoutent attentivement l’histoire de Luna, qui résonne en eux.

Lors de cette journée, tous mettent en lumière ce qu’ils ressentent. Des émotions très différentes à partir de soi, de sa place…

Comment vivre cet événement si douloureux pour les familles qui ont besoin d’être accompagnées par les professionnels ?

Ces professionnels aux côtés de la famille, de leurs collègues qui ont cette mission de tisser d’autres fils, de nouveaux fils ou tout simplement de transformer les fils sombres de la famille avec de la couleur. « Faire Autrement Différemment » avec elle, à partir d’elle, afin d’aller vers le changement.

Une belle journée d’émotion, d’authenticité, d’échange qui a permis de mettre des mots sur cette situation si compliquée du placement.

Des familles en souffrance lors de cette période de vie, où on leur impose la présence de travailleurs sociaux : mais comment les familles peuvent accepter, consentir à ce travail, lorsque les travailleurs sociaux sont au cœur de la séparation familiale dans cette tempête de la vie ?

Dans la salle, les résonances se multiplient chez chacun.  Elles autorisent, à vivre l’instant présent pour amener les parents, les enfants, les professionnels vers de la pensée et de la réflexion commune.