Du Désamour à la Résilience : Ouvrir le champ des possibles

Du Désamour à la Résilience : Ouvrir le champ des possibles

Dans les institutions, les familles et les couples

22 Novembre 2016

Les enfants comme les adolescents, retirés de leur milieu familial, se retrouvent le plus souvent dans une institution, pris en charge par une équipe médico-psycho-éducative, ou par une famille d’accueil. Pour ces professionnels du secteur médico- psycho-éducatif , thérapeutique, ces assistantes familiales, la dimension relationnelle de leur travail favorisera, et ce n’est que normal, un investissement affectif de l’enfant ou de l’adolescent accueilli. Engagés auprès de l’enfant, ces professionnels  se proposent de leur donner le meilleur, mais souvent dans la réalité du quotidien, et surtout dans le temps, le “désamour“ s’installe et s’amplifie.  L’enfant accueilli est alors pris dans la tourmente de  “la séparation“, “des séparations“, pudiquement appelées “réorientations“.

Cette période du désamour peut-elle être évitée ou mieux gérée pour en limiter les effets destructeurs ?

Une résilience est-elle possible dans de tels contextes ?

En effet, les réviviscences abandonniques engagent le désamour de l’autre qui se tisse au désamour ressenti : Ils me laissent, je ne les considère plus, et ne me considère plus digne d’être aimé. Que ce soit par l’intermédiaire d’une équipe pluridisciplinaire institutionnelle ou dans le champ du contexte familial traditionnel, il est crucial que se crée pour l’enfant, l’adolescent, un contexte sécurisant et valorisant de telle façon qu’il engendre suffisamment de confiance en lui pour éviter le désamour de lui même.

L’expérience montre qu’une relation caractérisée par le désamour implique une forme de désintérêt de soi, l’art de se défigurer, une illusion négative de ce qu’est le monde. “Pourtant, rien n’est écrit d’avance, rien n’est définitif dans ce qui fait lien“.

« l’humain ne peut vivre et se développer que si un autre met son empreinte sur lui »

Boris Cyrulnik

Qu’en est-il également du désamour et de résilience dans la relation des couples et des familles ?

Comment les professionnels de la relation d’aide que ce soit dans la prise en charge institutionnelle ou dans un cadre thérapeutique peuvent-ils maîtriser les effets du désamour et activer les possibilités de résilience ? Comment associer, cette dimension : “du désamour à la résilience“, dans ces différents accompagnements, pour qu’il puisse y avoir des perspectives de résilience, permettant d’ouvrir la aussi des champs du possible ? Alors, les questions cruciales sur les enjeux relationnelles du désamour et de la résilience peuvent se formuler : L’enfant, l’adolescent pris dans la tourmente de la séparation, des séparations, pourra t-il éviter le désamour de soi dans ce qu’il y a de plus destructeur et trouver un contexte de résilience ? Face à un contexte de désamour, la résilience dépendra de la réponse que pourra se co-construire l’enfant ou l’adolescent avec l’environnement ouvrant plus ou moins le champ des possibles. Rien n’est-il écrit d’avance ? Rien n’est-il définitif ? Mais… Est-il possible de se séparer de cet autre que l’on a (trop) aimé ? Si oui à quel prix ? Comment s’y prendre sans s’effondrer et ne trouver de solution que dans le conflit, la lutte infernale, le combat sans fin ? Les enfants et les adolescents se retrouvent parfois témoins ou acteurs de la séparation des parents. Se ranger d’un côté, choisir son camp, c’est trahir un des deux parents. Ce double mouvement, a-t-il comme prix le désamour de soi pour l’enfant ou l’adolescent ? Un couple quand il se sépare peut engendrer des modes pervers d’utilisation du langage et peuvent être utilisés afin d’aveugler, rendre confus , voire stigmatiser aux yeux des autres , son ou sa partenaire. Comment les enfants témoins de ce drame conjugal peuvent-ils en être affectés ? Quelle position pour l’intervenant ?

Jean Van HEMELRIJCK – La malséparation (1ère partie)

La malséparation (2ème partie)

Docteur Robert NEUBURGER – Paroles Perverses et Séparation

Leila ZAOUI
Le Désamour – De la Maltraitance à la Résilience (1ère partie)

Le Désamour – De la Maltraitance à la Résilience (2ème partie)

Professeur Philippe JEAMMET – Du Désamour à la Résilience, ouvrir les champs des possibles